Blog de Contre-temps
Avec toi, je serais allée jusqu'à refaire le monde. Tu vois ?

tombedespoir, Posté le dimanche 23 décembre 2007 15:55

Encore et encore, j'ai envie de te lire....

Comme tu le sais, ma Cary, tu as du talent, beaucoup de talent...

Tu es déjà quelqu'un...quelqu'un de fabuleux et merveilleux...


silence-des-mots, Posté le dimanche 23 décembre 2007 15:02

Tu ecris merveilleusement bien, c'est sublime, doux, et drole a la fois.
On dirait un peu une ecriture a la marc levy, bravo. !


Estelle., Posté le dimanche 23 décembre 2007 13:24

Karolyne, Karolyne, oui, je suis revenue. Je reviens presque une semaine après t'avoir laissé mon dernier commentaire. Et quelle surprise, quelle belle surprise de voir cet article. Il était si prometteur, une sorte de cadeau de Noël un peu en avance.. Et quel cadeau.. Quelle merveille.. Je reste sans voix tellement je trouve ça beau. Cet ensemble, ton oeil, tes étoiles.. Oh toi qui m'appelle petite étoile, sais-tu que c'est toi, l'Etoile? Celle qui brille si fort, par son talent et par sa virtuosité. Une Artiste, comme on en trouve si peu.. Et dire que je suis tombée ici par hasard, un jour d'hiver, si je me souviens bien. Je me t'étais cachée, comme la dernière fois. Je me sens mieux, moins observée, plus anonyme. Et, c'est tellement plus facile de l'être tu sais.. J'ai du mal à être ces temps-ci, beaucoup trop de mal.. Tu sais, la chose que je voulais te dire, je crois que c'est une chose grave. Ou plutôt non ; ce n'est pas moi qui crois, ce sont les autres. Je suis à un drôle de moment de ma vie, j'ai quinze ans et pourtant, tout semble déjà si compliqué... Tout l'a toujours été, rien n'est simple. Rien, surtout pas vivre. Mais pourtant, pourtant...

Deux-mille huit arrive, et que te souhaiter? De devenir ce "quelqu'un", de croire en tes rêves comme tu l'as si bien dit. Caroline, je dois te dire que pour moi, c'est comme une sorte de certitude, que tu deviennes quelqu'un. Je ne te connais pas, pourtant, j'ai cette certitude, celle que les mots, tes mots te porteront haut. Très haut, et que tu les attraperas tes étoiles. Et même la Lune au passage, si tu veux. Garde-les près de toi, les mots. Tu es fascinante.. (Et je le dis en souriant, tellement c'est vrai et sincère :])


Souchibellebrune, Posté le samedi 22 décembre 2007 10:26

Je suis sans mots....
Comme tout ce que tu écris, c'est magnifique.
J'ai les alrmes au bord du coeur.


Souchibellebrune, Posté le samedi 22 décembre 2007 10:23

Je sais que ça n'a rien à voir et que c'est sans doute un parti pris, mais pourrais-tu enlever l'italique ou mettre une police plus grande??? Parce que c'est assez difficile à lire...
En tous cas, je suis encore et toujours soufflée apr la puissance de tes textes. C'est de l'or en barre, tout ça...


Fan-No0dles, Posté le vendredi 21 décembre 2007 14:52

Belle photo. Belle chanson. Beau texte. J' dirais même que c' est magnifique ...


rapha-hell, Posté le vendredi 21 décembre 2007 14:46

Je vais lire cet article.
Mais avant dis moi ,, détruire quelque chose , c'est le tuer afin qu'il n'en renaisse rien?
J'essais de trouver quelque chose de destructible , et je m'apercois que pour la plupart des choses , ca évolu , plutot que de mourir. T'as eu le droit au stock de bisous de kévinou et moi en Histoire toute a l'heure non?
Toi qui en voulais un ^^
Je lis maintenant=)


pi0oo, Posté le vendredi 21 décembre 2007 11:41

La vérité fait mal et c'est pourtant elle
qui aide à avancer. Mais il est tellement
plus simple que de se la cacher derrière de
belles choses mais fausses. Parce que moi
j'ai mis plus d'un an à sourire pour moi et non
pas pour les autres. Après m'être détruite je me
reconstruit et c'est pas facile tous les jours. =/

Moi aussi j'aime bien les critiques structurées ;)
Et j'aime toujours tes commentaires.

Bisous mademoiselle ;)


pi0oo, Posté le vendredi 21 décembre 2007 06:51

C'est magnifique tu sais. Vraiment.
J'aime chacun de tes mots. Ces mots
qui font pleurer ou sourire.

Mais après toutes ces belles paroles que
je t'écris j'ai une question qui me brûle les
lèvres.
Comment est-ce que tu considères ces mots-là:
"la seule personne sur laquelle j'ai eu le courage
de pleurer plutôt que balancer ce sourire niais,
la seule à qui j'ai été capable de dire ses quatre vérités,
la seule qui soit restée alors que bien souvent je la haïssais,
la seule qui m'ait comprise puisqu'il faut vivre pour comprendre,
la seule c'était toi."

Alors tu considères que la seule personne qui soit
capable de nous comprendre, la seule personne sur
laquelle on ait le courage de pleurer plutôt que balancer
un sourire niais, que cette personne, ce soit nous-même?

Je ne sais pas si je me suis bien exprimée... C'est compliqué.

Enfin bonne journée. =)
Bonnes fêtes.
Bonnes vacances.
A bientôt ;)
Bisous


RSS